FAQ – cosmétiques non testés sur les animaux (et véganes)

Avant toute chose, petit rappel :

Un produit peut être cruelty free sans être végane. Autrement dit, il peut ne pas avoir été testé sur les animaux mais contenir un sous-produit d’origine animale comme par exemple : le lait d’ânesse, les produits de la ruche (cire d’abeille, propolis, miel…), les protéines de soie, la lanoline, le rouge carmin (issu de la cochenille) ou encore… la bave d’escargot ou le venin de serpent.

En revanche, un produit végane est toujours cruelty free puisque, par principe, le véganisme exclut l’exploitation des animaux et donc, par extension, les tests sur les animaux pour les cosmétiques. Lire la suite

Publicités

Ma liste de cosmétiques non testés sur les animaux

Vous trouverez la liste ci-dessous (le lien s’ouvrira dans une autre page) en cliquant sur le titre, la photo ou la légende : 

LES COSMÉTIQUES NON TESTÉS SUR LES ANIMAUX

J’ai longtemps travaillé sur cette liste avant de la publier et il est fort possible qu’elle soit modifiée. Tout d’abord, j’avais créé un Google Document sur lequel plusieurs personnes avaient ajouté des marques ou apporté des précisions sur les marques déjà présentes dans la liste. Ensuite, j’ai croisé mes infos : différents blogs, les listes de la PETA ou de labels tels que Leaping Bunny, Vegan Society, CCF (Choose Cruelty Free).

Je n’ai retenu que quelques labels et j’ai également choisi de privilégier les marques qui sont véganes ou majoritairement véganes (mais toujours sans tests sur les animaux), c’est-à-dire sans produit de la ruche (miel, propolis, cire d’abeille) ou d’autres sous-produits animaux tels que le rouge carmin (cochenille), la lanoline (graisse de laine), les protéines de soie.

Pourquoi supprimer le miel ? Je vous renvoie à ces deux articles notamment : « pourquoi le miel n’est pas végane ? » et « 3 raisons de ne pas manger de miel » (convient aussi pour une utilisation dans les cosmétiques).

QUESTIONS-RÉPONSES

▲ Pourquoi les grands groupes (à portée internationale) ne sont pas cruelty free/véganes ?

– Notamment parce que ces marques ne sont pas labellisés, il n’y a donc aucune garantie absolue. C’est l’indicateur le plus simple mais pas forcément le plus fiable (en effet, certaines marques ne testent pas mais ne sont pas pour autant certifiées ; notamment, lorsque la marque est jeune ou n’a pas une portée internationale. Un label ne coûte pas cher pour un grand groupe mais peut représenter un investissement pour une plus petite entreprise ou pour une entreprise qui n’a pas la volonté de communiquer sur l’absence de tests).

– Parce que ces marques ne vendent pas qu’en Europe (où les tests sont limités mais pas totalement absents), ce qui fait que les produits peuvent être testés ailleurs, là où la réglementation est beaucoup moins encadrée et donc moins stricte. On cite souvent la Chine mais c’est également le cas ailleurs, la liste est longue.

– Parce que la Chine impose des tests sur les animaux pour que les produits cosmétiques puissent être vendus en points physiques. Encore une fois, tout n’est pas figé, c’est en train de bouger ! Il faut néanmoins rester prudent.e.s pour le moment.

▲Pourquoi certaines marques ne sont pas véritablement « cruelty free et véganes » malgré leur absence de tests sur les animaux ? 

– Essentiellement parce que ces marques appartiennent à un groupe qui a recours aux tests sur les animaux.

Un article vraiment très pertinent et complet concernant les tests sur les animaux en Europe

Extrait du blog Friendly Beauty :

« En droit, un règlement prime toujours sur une directive de sorte que c’est REACH qui gagne la bataille… Conséquence ? REACH prévoit des cas où les tests sur les animaux redeviennent possibles : en l’absence de tests alternatifs, et lorsqu’il s’agit (1) soit de garantir la sécurité de l’Environnement, (2) soit de garantir la sécurité des professionnels impliqués dans la production ou la manipulation dudit ingrédient, (3) soit de garantir la sécurité de l’Homme lorsque l’ingrédient est utilisé dans différents domaines autres que les cosmétiques.

D’autre part, l’interdiction des tests sur les animaux ne s’applique qu’en Europe. Résultat: des marques de cosmétiques présentes sur d’autres continents/dans d’autres pays peuvent y tester leurs cosmétiques sur les animaux, ou plutôt peuvent y être obligées par les législations locales.« 

▲  Si je ne trouve pas une marque dans la liste, est-ce que cela signifie qu’elle a forcément recours aux tests ? 

Non, pas forcément 🙂
Si vous avez un doute sur une marque, vous pouvez me demander des précisions, j’essaierai de faire au mieux pour vous apporter une réponse. En revanche, partez du principe que les grandes marques très connues ont très souvent recours aux tests.

DESCRIPTION DES LABELS

cruelty-free-peta+3002503 Le label cruelty free de la PETA

Le label Cruelty Free PETA (PETA sans cruauté) atteste que les entreprises utilisant ce label n’effectuent pas de tests sur les animaux, pour leurs ingrédients, formulations ou produits finis. (source)

leaping-bunny+3002503 Leaping Bunny

L’écolabel Leaping Bunny (lapin bondissant en français) atteste que le produit labellisé n’a pas été testé sur les animaux, ni pour les ingrédients qui le composent, ni durant sa fabrication. (source)

bdih11 BDIH

Organisme indépendant d’origine allemande, garantissant des cosmétiques formulés à base de matières premières végétales de culture biologique ainsi qu’une absence totale de produits issus de la pétrochimie, de colorants ou parfums de synthèse, de matière première animale (sauf si l’extraction de la substance n’entraîne pas, d’après BDIH, la mort de l’animal, comme le lait ou la lanoline). (source)

label-vegan-300x242 Vegan Society

Le label Vegan est certifié par la Vegan Society.

Il certifie que le produit (alimentaire, cosmétique ou ménager) et ses ingrédients ne sont pas testés sur les animaux et qu’il ne contient aucun produit animal (le miel fait aussi partie des produits bannis contrairement au label One Voice). (source)

Néanmoins, comme on me l’a précisé, ce label à lui seul ne suffit pas : ce n’est pas la marque qui est végane mais le produit.

logo_natrue NaTrue

Les deux piliers sur lesquels NATRUE repose sont:

Participation et contribution à la prise de décision réglementaire pour assurer la disponibilité d’ingrédients de première qualité de cosmétiques naturels et biologiques dans l’intérêt des consommateurs à travers le monde.

Promotion et développement du label NATRUE pour garantir la disponibilité de cosmétiques naturels et biologiques de la plus haute qualité dans l’intérêt des consommateurs à travers le monde. (source)

CrueltyFreeVeganPeta Cruelty Free & Vegan (PETA)

Cruelty Free & Vegan : garantit qu’une marque ne teste pas sur les animaux et que ses produits ne contiennent aucun ingrédient d’origine animale (pas même le miel ou la cire d’abeille). (source)

CCF CCF (Choose Cruelty Free)

Choose Cruelty Free est un label international et indépendant, c’est l’un des plus sérieux sur le « marché ». (source)

Voici le tableau que j’ai réalisé, en croisant les informations. Il se veut complet mais il se peut que certains labels ne soient pas mentionnés, n’hésitez pas à me le dire ! De même, s’il comporte des erreurs, expliquez-moi tout ça en commentaire. 🙂

Mon tableau filigrane

Une précision importante concernant le label « Vegan Society » par exemple :

– Si la marque n’est pas présente en Chine
– Si elle n’appartient pas à un groupe qui teste

Alors, le label « Vegan » est suffisant ! Pour prendre un exemple concret, je choisis (bien évidemment) ma marque fétiche : Lavera. D’une part, la marque n’est pas présente en Chine ; d’autre part, elle n’appartient pas à un groupe qui teste ; enfin, elle propose un large choix de produits ayant le label « Vegan ». Vous pouvez donc opter pour ces produits qui sont : de très bonne qualité, abordables en termes de prix et, surtout, facilement trouvables (en magasins bio assez souvent, sur le site nu3.fr ou encore, parfois, sur le site de vente privée). Ces remarques valent également pour d’autres marques allemandes telles que : Logona, Alviana, Santé.

Dans la deuxième partie du document, vous trouverez aussi les marques qui ne sont pas cruelty free, malgré le message qu’elles véhiculent.

Dans tous les cas, si vous avez des questions, si vous pouvez m’apporter des informations supplémentaires ou si vous considérez que j’ai oublié des marques, n’hésitez pas à me le préciser en commentaire. Merci d’avance pour votre aide ! 🙂

POUR ALLER PLUS LOIN

▲ Articles pour aider à mieux comprendre :

– Ouvrez les yeux, article d’Animalter (TW)
– S’y retrouver parmi les labels, article de Vegactu
– Les cosmétiques en Chine, article d’Animalter
– Les cosmétiques en Europe, article d’Animalter
– Le lapin CCF (Choose Cruelty Free)
– Les alternatives, article d’Animalter
– Mieux cibler vos achats, article d’Animalter
– Tests sur les animaux : l’arbre qui cache la forêt, article de Conso Globe
– Expérimentations animales : le cadre de REACH, article de Conso Globe

 

Masque pour cheveux abîmés et secs (slow cosmétique végane)

Si, comme moi, vous avez les cheveux fins et qu’ils ont tendance à le devenir encore plus en été, ce masque sera idéal ! J’ai longtemps cherché sur internet mais rien ne me convenait : il y avait soit du miel, soit des œufs et, en tant que végétalienne/végane, je suis contre l’utilisation et la consommation de ces produits, que ce soit pour l’alimentation ou pour les cosmétiques.

Donc, faute de recette, j’ai créé la mienne en piochant des idées à droite, à gauche sur différents sites. Pour ce masque, tout est bio, tout est naturel et c’est assez simple à vérifier : on peut aussi le manger (bien que je vous conseille de le faire avant d’avoir ajouté la maïzena haha).

Les ingrédients :

△ Un yaourt de soja nature
△ 3 c à s d’huile de coco
△ 1 c à s de sirop d’agave
△ 1 c à s de fécule de maïs

Les étapes :

Faire fondre l’huile de coco si elle est à l’état solide. Dans un bol, la mélanger au yaourt de soja, rajouter le sirop d’agave et la fécule de maïs, progressivement, en fouettant pour éviter les grumeaux.

Appliquer généreusement sur les longueurs (éviter les racines, l’huile de coco aura tendance à graisser/alourdir) et replier les cheveux en chignon. Couvrir avec du film alimentaire pour éviter que le masque ne sèche.

Je vous conseille de le garder environ 3 à 4 heures afin que l’effet soit optimal. Il vaut donc mieux appliquer ce masque le soir ou bien le week-end.

Quelques explications :

△ Le yaourt de soja est riche en protéines, il va donc avoir un effet fortifiant pour les cheveux (on peut tout à fait prendre du lait de soja nature !)
△ Le sirop d’agave est un peu comme le miel, il a beaucoup de propriétés intéressantes : il est nourrissant, il renforce la matière, il est également anti-bactérien (intéressant en cas de démangeaisons)
△ L’huile de coco va permettre d’hydrater, de réparer et de protéger les cheveux
△ La fécule de maïs va permettre d’absorber le surplus d’huile

Déodorant fait maison et végane

Pas de cuisine pour une fois mais de la slow cosmétique !

giphy (2)

Quand on est végétalien.ne, le plus souvent, on tend aussi à privilégier les produits non testés sur les animaux. Les cosmétiques n’y échappent pas, tout comme les produits ménagers (d’ailleurs, voici un super guide qui propose des recettes écologiques pour entretenir la maison). J’ai fait une petite sélection de sites sur lesquels je commande mes produits véganes (dans la colonne de droite) mais, pour le déodorant, je préfère le faire moi-même !

Les ingrédients :

△ 50 g d’huile de coco
△ 30 g de bicarbonate de soude
△ 20 g de fécule de maïs
△ De l’huile essentielle (facultatif)

Les étapes :

Verser l’huile de coco (sous forme liquide) dans un pot.
Ajouter progressivement la fécule et le bicarbonate de soude, bien mélanger.
Ajouter les huiles essentielles (lavande, palmarosa par exemple). J’ai choisi de ne pas en mettre parce que je préfère la version neutre de ce déodorant !
Ensuite, il suffit de faire refroidir tout ça au réfrigérateur (ou au congélateur pour accélérer le processus).

C’est terminé !

A noter qu’il faut impérativement garder le déodorant dans un pot bien fermé (sinon, le déodorant va prendre les odeurs du réfrigérateur et ce n’est franchement pas génial) et surtout le conserver au frais en été (impossible de le laisser dans la salle de bain, l’huile de coco redeviendrait liquide… sauf si on ajoute de la cire végétale !). En revanche, dès qu’il commence à faire moins chaud, vous pouvez le laisser dans la salle de bain : l’huile de coco redevient liquide au-dessus de 25°C !

Ce n’est pas ma recette, c’est celle d’Antigone XXI !

déo maison